La noblesse de l’écrivain. Généalogie des valeurs chez Georges Bernanos

Auteur: 
Michaël Kohlhauer
Abstract: 

La filiation nobiliaire éclaire l’oeuvre de Bernanos toute entière à la manière d’un regret, d’un idéal perdu, d’une utopie, d’une espérance et d’un pari. Cette référence aux valeurs d’une aristocratie de l’esprit plus idéalisée que réelle, ou historiquement advenue, ne fonde rien moins que le projet, à la fois poétique et politique, de l’écrivain. Dès lors, il s’agit de se demander de quelle vision du monde et de l’Histoire, de quel projet aussi, ces valeurs sont le nom ? Quel rôle jouent-elles dans la critique du monde moderne ? En quoi fondent-elles une politique, et jusqu’à une véritable poétique de l’écriture impliquée, sinon engagée ? Ces questions appellent celle de l’origine, et de l’histoire de ces valeurs, à la croisée de généalogies multiples : chrétienne et monarchiste sans doute, mais aussi romantique ou utopique, par référence à toute une littérature politique du XIXe siècle (de Michelet ou Hugo à Péguy en passant par Maistre ou Maurras). En réactualisant via la littérature la tradition nobiliaire perdue, Bernanos a idéalisé, voire sublimé dans la vocation de l’écrivain cette aristocratie de l’esprit sans cesse invoquée et appelée de ses voeux.

Fichier attachéTaille
illi8michaelkohlhauer.pdf508.15 KB

Published under a Creative Commons License By attribution, non-commercial